Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BossaNovaBrasil | 21 août 2017

Remonter

Top

1 Commentaire

Quand un chanteur brésilien pète les plombs…

En assistant l’autre jour à la projection du film de Renato Terra et Ricardo Calil « Uma Noite em 67 », j’ai découvert un chanteur brésilien qui m’était jusqu’alors inconnu : Sergio Ricardo.
Né en 1932, Sergio Ricardo a commencé sa carrière comme speaker de radio, mais est devenu au fil des ans un artiste complet, compositeur, chanteur et guitariste d’abord, et bientôt aussi peintre, cinéaste, acteur et poète.

Son premier album, intitulé « A Bossa Romântica de Sergio Ricardo », est sorti en 1960, mais ce sont paradoxalement ses mésaventures de 1967 qui l’ont rendu célèbre. Cette année là, TV Record organise à São Paulo la troisième édition du concours appelé Festival de Música Popular Brasileira. Sergio Ricardo figure parmi les huit finalistes à se succéder sur scène dans l’ambiance survoltée, proche des jeux du cirque, qui faisait le succès de l’émission diffusée en direct. Les spectateurs y étaient largement encouragés à hurler, à huer, à acclamer, pas exactement l’idéal pour un chanteur plutôt romantique et réservé !

Au moment de chanter « Beto bom de bola », une de ses propres compositions, le vacarme devient indicible. Il tente de raisonner le public, mais se fait tellement huer (*) qu’il abandonne après quelques strophes, casse sa guitare et la balance dans le public – un geste pour le moins inhabituel à l’époque. Interrogé dans le film qui relate cette émission un peu folle, que l’on a pu voir ces jours-ci à l’excellent Festival du Cinéma Brésilien de Paris, Sergio avoue ne rien regretter ! Qu’auriez-vous fait à sa place ?

Son dernier disque « Ponto de Partida », date de 2008, mais c’est une samba fine et charmante extrait d’un album paru chez Elenco en 1964, que je vous propose d’écouter : A Vizinha (la voisine).

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Le site de Sergio Ricardo est ici : http://www.sergioricardo.com/

(*) Pourquoi tant de haine ? L’explication semble tenir dans la situation politique de l’époque. La chanson parle de football, dénoncé alors comme une arme de la propagande pour faire oublier la dictature. Ironie du sort, l’année suivante la chanson que le même Sergio composera pour la quatrième édition du concours sera interdite par la censure militaire…

Vous aimez ? Parlez-en à vos amis !

Commentaires

  1. Charles

    Je n’ai pas bien compris le début, faut vraiment que je me mette au brésilien un de ces jours!!

    Comment chanter dans ces conditions ? Mais je ne suis pas sûr qu’il si soit bien pris non plus…

Exprimez vous !