Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BossaNovaBrasil | 25 mars 2017

Remonter

Top

2 Commentaires

Luiza Dionizio, de la pub à Lapa

Luiza Dionizio, de la pub à Lapa

Vous avez déjà pu entendre Luiza Dionizio sur BossaNovaBrasil, et cela n’est pas prêt de s’arrêter, maintenant que j’ai eu la chance de la rencontrer.

Luiza, c’est d’abord l’énergie communicative d’une femme qui s’est faite elle-même, dans un milieu qu’elle décrit avec discrétion comme particulièrement compétitif, voire pire. Silhouette élancée, sourire carnassier et allure volontaire, la chanteuse est née à Vila da Peña, une banlieue bien lointaine de Rio de Janeiro. Chez ses parents, pas de week-end sans musique à la maison. C’est pourtant nantie d’un « vrai » métier – si l’on peut dire puisqu’il s’agit de publicité – qu’elle commence dans la vie. Le jour en tous cas : la nuit, elle chante et danse, à l’école de Imperio Serrano et partout où il y a des musiciens de samba.

Jusqu’au jour où, vers 29 ans, malgré les imprécations de son patron et de ses proches, elle décide de laisser tomber l’agence de pub pour se consacrer exclusivement à la musique. Elle chante trois ou quatre fois par semaine, ne manque jamais une opportunité, avec ou sans cachet.
Son premier grand public, elle l’affronte un jour de meeting, sur la scène où s’étaient succédés les syndicalistes. « Mes amis m’ont poussée au micro, et j’ai succédé à des refrains plutôt guerriers ! Quand on a chanté dans un moment pareil, on peut chanter partout », dit-elle. Y a t-elle repensé quand en 2010 elle a gagné le titre de chanteuse de samba de l’année et a chanté au Théâtre Municipal de Rio de Janeiro, place Floriano, en présence du ban et de l’arrière-ban de la MPB ?

Ca n’a pas été facile de percer. Malgré ses qualités incontestables, il a fallu beaucoup de volonté à Luiza Dionizio pour s’imposer. Elle a du attendre longtemps avant d’enregistrer son premier disque l’an passé… Pour autant, aucun esprit de revanche. « J’ai 47 ans, j’aime ma vie, je suis heureuse, satisfaite. Mon travail est reconnu. La samba s’identifie à ma réalité, à mon histoire. Je ne suis pas devenue une chanteuse avec la renaissance de Lapa, je suis une chanteuse de samba. »

Aucun doute, et bien au delà : calme et joyeuse à la fois, elle sait enflammer les foules, mais aussi poser sa voix avec subtilité et naturel, sans forcer – et sa présence s’impose d’elle-même. Luiza a le projet d’une tournée européenne, qui passerait par Rome, le Portugal et la France. Et croyez-moi : ce que cette femme veut, elle le fera.

Ecoutez-la sur Velho Amigo, un chôro écrit par son mari Luiz Carlo Maximo, compositeur d’Imperio Serano, sur des paroles de Paulo Cesar Pinheiro.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Depuis bientôt 10 ans, Luiza Dionisio est chanteuse résidente au Carioca da Gêma, la Gafieira de référence à Lapa. Retrouvez Luiza sur son blog.

Vous aimez ? Parlez-en à vos amis !

Commentaires

  1. Henri

    Superbe. Et pour une fois on entendu du chôro sur ton site 🙂 Encore, encore !

  2. Irene

    Elle est fantastique. Il est dommage que peu de gens savent!

Exprimez vous !