Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BossaNovaBrasil | 26 novembre 2014

Remonter

Top

6 Commentaires

Teresa Cristina : samba du don naturel

« La samba, c’est le blues », me dit Teresa Cristina lors de notre rencontre au bar de la librairie Argumento de Leblon. A 42 ans, tout juste élue meilleure chanteuse de musique populaire par le sévère jury de l’Association pauliste des critiques d’art, l’artiste est bien décidée à porter le message de la samba au monde entier. Interview exclusive, et version inédite de Felicidade extraite de son nouveau DVD Melhor Assim. NB : tradução em portugues em baixo desta pagina.

BNB : Teresa, comment est-tu venue à la samba ?

Teresa Cristina : « J’écoutais de la samba depuis les années 70, grâce aux disques de mon père. Parce qu’à la radio on n’entendait plus du tout de samba, pas plus que dans les bars ou les clubs : la musique américaine avait envahi le Brésil. Il n’y en avait plus que pour les stars de la Motown, Diana Ross, Donna Summer et les autres… »

BNB : Quand as-tu commencé à chanter ?

Teresa Cristina : « Je voulais devenir professionnelle de volley-ball, et je ne chantais qu’à la maison : je n’ai jamais pris de cours de chant, et je n’ai aucune formation musicale. J’ai fait des études de lettres à l’université, et puis j’ai commencé à travailler dans des bureaux. Vers 25 ans, j’ai entendu pour la première fois un disque de Candeia, et je me suis intéressée plus sérieusement à la musique. Et en 1998 j’ai commencé à chanter dans un bar de Lapa : le Semente. »

BNB : Que penses-tu de la scène de Lapa aujourd’hui ?

Teresa Cristina : « J’ai été une des premières chanteuses à revenir à Lapa, et en toute modestie je pense avoir été à l’origine de pas mal de choses. Lapa est encore sincère, et moi aussi. Le quartier pousse notre musique, sans compromis commercial. La samba, c’est aussi fort que le blues. Un peuple, souvent opprimé, résiste et trouve répit et bonheur dans une musique qui lui parle, qui raconte sa vie. »

BNB : Quels sont tes projets ?

Teresa Cristina : « Dès mon second CD j’ai commencé à écrire des chansons, simplement en chantant des mélodies sur mon téléphone portable. Je voudrais apprendre la guitare et l’harmonie pour composer davantage. Aussi, je veux emmener l’esprit de Lapa ailleurs au Brésil et dans le monde et faire connaître partout la samba. Je fais beaucoup de tournées au Brésil et à l’étranger : les USA, le Mexique, le Japon, l’Afrique du Sud, l’Allemagne, la Suisse… »

BNB : Et aurons nous la chance de te voir France ?

Teresa Cristina : « Eh bien… je suis venue en France en 2005, pour l’année du Brésil. Pardon, mais… j’ai détesté. J’ai chanté au Carreau du Temple je crois. L’endroit était en travaux, le son était affreux… pour tout dire c’était horrible ! »

BNB : Gloups.

Sur son DVD « Melhor Assim » enregistré en 2010 à l’Espace Tom Jobim de Rio de Janeiro, Teresa Cristina chante A Felicidade de Tom Jobim et Vinicius de Moraes. Bien qu’il ne soit pas importé en France, EMI vous interdit le visionnage de la vidéo… je vous propose de l’écouter à la place.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Retrouvez Teresa Cristina sur son site web.

Vous aimez ? Parlez-en à vos amis !

Commentaires

  1. jiji

    Mouai… pas très sympa la Teresa…
    Enfin, j’ai tous ses disques et je l’adore! c’est vraiment ma chanteuse du moment!!!!

  2. Gilles

    J’adore aussi cette version de la Felicidade. Elle ne commence pas sur le ‘Tristeza, não tem fim, felicidade sim’ habituel et pour faire court, c’est une samba d’origine, pas une bossa nova. Espérons que la dame reviendra sur sa mauvaise impression et qu’elle ira chanter en France.

  3. Thierry

    Cette traduction a été aimablement soumise par Ismael Cordeiro.

    Teresa Cristina: o samba do dom natural

    « O samba é o blues », disse Teresa Cristina, quando nos encontramos no bar da livraria Argumento do Leblon. Com 42 anos de idade, recém-eleita a melhor cantora de música popular pelo júri da Associação Paulista de Críticos de Arte, a artista está decidida a levar a mensagem do samba para o mundo inteiro. Entrevista exclusiva e versão inédita de « A Felicidade » extraída de seu novo DVD, « Melhor Assim ».

    BNB : Teresa, como é que você chegou ao samba?

    Teresa Cristina: Eu escuto samba desde os anos 70, graças aos discos de meu pai. Nas rádios se ouvia de tudo menos samba, assim como nos bares e nos clubes. A música americana tinha invadido o Brasil. Só tinha espaço para as vedetes da Motwown, Diana Ross, Donna Summer e outros.

    BNB : E quando é que você começou a cantar?

    Teresa Cristina: Eu queria ser jogadora profissional de vôlei e só cantava em casa. Nunca tive aulas de canto, nem formação musical. Estudei Letras na faculdade e depois comecei a trabalhar em escritório. Aos 25 anos ouvi pela primeira vez um disco do Candeia e comecei a me interessar seriamente pela música. Em 1998 eu comecei a cantar num bar da Lapa, o Semente.

    BNB: O que você acha da Lapa de hoje?

    Teresa Cristina: Eu fui uma das primeiras cantoras a voltar à Lapa e, sem falsa modéstia, acredito ter estado na origem de muitas coisas. A Lapa ainda é sincera, assim como eu. O bairro estimula nossa música, sem compromisso comercial. O samba é tão forte quanto o blues. Um povo, muitas vezes oprimido, resiste e encontra paz e alegria numa música que lhe fala ao coração, que fala da sua vida.

    BNB: Quais são seus projetos?

    Teresa Cristina: A partir do meu segundo CD, comecei a compor, cantando as melodias no meu celular, mas eu gostaria de estudar violão e harmonia para poder compor melhor. Eu também gostaria de levar o espírito da Lapa para o Brasil inteiro e para o mundo todo, divulgando o samba em toda parte. Eu faço muitas turnês no Brasil e no exterior: Estados Unidos, México, Japão, África do Sul, Alemanha, Suíça…

    BNB: Será que teremos a oportunidade de ver você na França?

    Teresa Cristina: Olha, eu estive na França em 2005, para o Ano do Brasil. Me desculpa, mas eu odiei. Acho que foi no Carreau du Temple que eu cantei. O lugar estava em obras, o som era terrível… Resumindo, foi horrível!

    BNB: Gulp!

    No seu DVD « Melhor Assim », gravado em 2010 no Espaço Tom Jobim, no Rio de Janeiro, Teresa Cristina canta « A Felicidade », de Tom Jobim e Vinícius de Moraes. Embora ele não esteja disponível na França, a EMI proíbe a divulgação do vídeo. Em vez disso, proponho que a escutemos.

  4. Charles

    Je surlike ! j’espère que tu as fait le maximum pour lui donner envie de retourner en France ;-)

  5. jiji

    Moi aussi j’espère qu’elle viendra et qu’elle saura faire la différence entre la mauvaise qualité d’une salle et un pays tout entier… hum hum!!!

  6. Nath

    EMI et ses conscurrents pense protéger « ses » artistes en empêchant de diffuser un clip sur YouTube. Mais du coup, si on ne les connait pas, on n’est pas prêt de les acheter… Je trouve pour ma part cette politique absolument stupide.

Exprimez vous !