Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BossaNovaBrasil | 25 juillet 2017

Remonter

Top

1 Commentaire

Oscar Niemeyer est mort

L’architecte brésilien Oscar Niemeyer est mort hier à l’hôpital Samaritano de Rio de Janeiro où il avait été admis le 6 novembre dernier. Le visionnaire de Brasilia aurait eu 105 ans le 15 décembre prochain et présentait jusqu’à récemment une santé en béton aussi armé que l’était son matériau de construction fétiche.

La vision d’Oscar Niemeyer a marqué son temps. L’église Saint François d’Assises, le siège des Nations-Unies à New-York, l’immeuble Copan de São Paulo, le musée de Niteroi (à 89 ans !), mais aussi la Bourse du Travail de Bobigny (93) ou le siège du Parti Communiste Français, place du Colonel Fabien… la liste est longue de ses réalisations. Mais bien sûr quand on pense à Niemeyer, on pense aux bâtiments publics très conceptuels de Brasilia et on a bien raison.

« Ce n’est pas l’angle droit qui m’attire, pas plus que la ligne droite, dure, inflexible, créée par l’homme. Ce qui m’attire c’est une courbe libre et sensuelle, celle des montagnes de mon pays, le cours sinueux de ses fleuves, les vagues de son océan, le corps de ses favorites. »

Dans son bureau de Rio de Janeiro contemplant la baie de Guanarabara, le vieux maître, en quelques dessins malicieux, nous explique sur cette vidéo que ses seules sources d’inspiration ont été les femmes, leurs beautés et leurs secrets. Sous-titres en français.

Si aujourd’hui tout le Brésil salue la mémoire du créateur fécond, Niemeyer n’a pas forcément été apprécié par tout le monde de son vivant. Car Oscar a rejoint le Parti Communiste en 1945 – il en fut même président d’honneur en 1992. Pour les militaires putschistes et leurs amis bien pensants, il s’agissait carrément d’un symbole à écarter : Niemeyer fut contraint de s’exiler en Europe.

Pour aller plus loin, je vous propose un site très créatif qui présente de belles photos des réalisations de Niemeyer dans leur contexte géographique (API avec Google Earth bien réussie). Vous pouvez aussi retrouver la scène mythique de Jean-Paul Belmondo dans Brasilia en construction, extraite de l’Homme de Rio !

Vous aimez ? Parlez-en à vos amis !

Commentaires

  1. Laurence

    Bon article, aussi, de Libé aujourd’hui sur « un Carioca de bonne naissance bourgeoise, nourri de bohème, d’arts, de nature et de bossa-nova. »
    ici: http://journal.liberation.fr/publication/liberation/1106/#!/0_22

Exprimez vous !