Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BossaNovaBrasil | 15 décembre 2017

Remonter

Top

16 Commentaires

Bonne chance, Brésil !

Bonne chance, Brésil !

BossaNovaBrasil ferme ses portes

Voici un moment que BossaNovaBrasil n’est plus le quotidien des musiques brésiliennes qu’il aspirait à être. Après 1200 billets et une sérieuse baisse de rythme depuis deux ans, j’ai donc décidé d’arrêter tout à fait. Le blog restera cependant ouvert et ses articles disponibles.

Un blog musical, c’est du boulot

Les piratages, les changements technologiques permanents, les vidéos YouTube qui disparaissent pour cause de droits d’auteur, les sites en lien qui ferment ou déménagent, la visibilité aléatoire sur Google…: tout cela parasite fort le plaisir d’écrire, et prend beaucoup – trop – de temps. J’en manque.

La musique brésilienne, tout le monde s’en fout

Ou presque. Combien de Français qui s’intéressent, un peu sérieusement, à la musique brésilienne ? Ma conclusion : moins de 15,000 personnes. C’est en tous cas le nombre maximum de lecteurs mensuels atteint par ce blog, retombé depuis à un peu plus de 5,000. J.O. ou pas, coupe du monde ou pas, ça n’a rien changé. M.Pokora, Booba, Maître Gims ou n’importe quel analphabète dopé à AutoTunes attire 10 fois, 100 fois plus de monde que bossa, samba et hip hop brésilien réunis.

Comme les (immenses) artistes qui ont fait connaître les musiques brésiliennes aux Européens ont maintenant tous dépassés la soixante-dizaine, ça n’est pas parti pour s’arranger. Sans compter que je n’ai aucune envie de devenir gardien d’une nécropole. Quant aux plus jeunes musiciens, les Criolo, Méta-Méta, Tulipa Ruiz, etc., je laisse à d’autres plus qualifiés que moi le soin d’en parler, en leur souhaitant bonne chance pour y intéresser le public français.

La chasse aux invits’

Je n’avais pas l’intention de gagner de l’argent avec ce blog. Ca tombe bien : Google Adwords ou les liens vers Amazon ont pu, au mieux, payer son hébergement. Mes objectifs d’origine, c’était :

  1. apprendre et partager avec les autres amateurs,
  2. rencontrer les musiciens brésiliens que j’apprécie,
  3. et être invité aux concerts pour en parler après !

Si les deux premiers objectifs ont été atteints (et c’est formidable), force est de constater que je n’ai jamais croulé sous les invitations – en France. C’est que, quand un artiste brésilien vient ici, il y fait le plus souvent une date et une seule. Qu’il y ait couverture du concert ou pas, ça revient au même pour les organisateurs – lesquels sont pour la plupart TRES désorganisés. Mendier les invits’ ? Non merci. Payer l’entrée ? Pas pour travailler, alors.

Désespérant Brésil

La politique de rayonnement culturel du Brésil est totalement inexistante en France. L’Ambassade organise de temps à autre un événement d’ampleur… familiale, auquel elle convie les sponsors et les vieux potes. Les vraies initiatives viennent d’une poignée de passionnés, qui un jour ou l’autre se découragent ou se ruinent.

Quant au pays lui-même, après une embellie due au président Lula, il est manifestement retombé dans ses vieux démons : classe politique voleuse et arrogante, et peuple lobotomisé par des médias débilitants, toujours prêts à crier à la corruption… et bien aux ordres des corrompus. Côté musique, la réalité du Brésil aujourd’hui, c’est qu’en dehors de quelques cercles de connaisseurs la soupe sertanejo règne en maître sur les ondes et dans les esprits.

Forte abraço

La gentillesse des habitants, la diversité humaine et géographique, la douceur de la langue, la chaleur de l’amitié : je continuerai bien sûr à aller au Brésil et à écouter de la samba (du samba, si vous préférez) en sirotant une grande bouteille d’Antarctica. Mais ne comptez plus sur moi pour alimenter ce blog.

La bise, et merci à toutes celles et tous ceux qui m’ont aidé et encouragé au cours de ces sept ans.

Vous aimez ? Parlez-en à vos amis !
Article suivant

This is the most recent story.

Commentaires

  1. Yves Lunn

    Grande Abraço Aproveita da vida …o Brasil vai renascer daqui a 500 anos ahhahaha !!!!!!!!!

  2. Charles

    Ca devait arriver ! Mais tu as tenu bien plus longtemps que beaucoup d’autres. Et il nous reste beaucoup à lire et écouter dans tes archives impressionnantes. Mais tes articles et ton esprit nous manqueront. Merci et a bientôt ?

  3. Pascal

    dommage! e,core unbon blog qui cesse!! bon vent ! salve a Bossa

  4. mané

    le seul et unique commentaire sur ce blog de ma part, et le dernier
    beaucoup de plaisir à vous lire
    bonne route

  5. Votre site a été de ceux qui m’ont donné envie de développer ma curiosité pour ce pays, et de partager mon apprentissage de la langue sur un blog. Merci. Merci encore.

  6. So long, Man.
    Hasta la vista baby.
    Et bravo pour cette référence qu’est devenu ton blog.

  7. Salut Thierry. Ah, c’est bien dommage que tu arrêtes. C’est vrai que tu ne publiais plus grand chose mais c’était toujours un plaisir de lire tes chroniques au ton pétillant. Outre tes coups de cœur musicaux, nous ne pourrons plus suivre les aventures de la femme pastèque et ça, ça laisse un sacré vide.

    Nos blogs respectifs auront aussi eu le mérite de faire connaissance. Alors à très bientôt pour un concert ou autour d’une bonne table. Abraço l’ami !

  8. Caure

    Merci beaucoup pour ce joli travail.c’était un plaisir de lire vos articles.
    Stéphane

  9. Ana-Maria

    Quel dommage, j’aimais beaucoup lire le français sur votre blog. Je m’excuse que mon pays ne s’intéresse pas à sa culture et à l’empreinte à l’étranger. Une fois encore vous avez raison de vrai : ici « le sertanejo règne en maitre », hélas.
    Bonne chance, AM

  10. Claude

    Merci pour ce blog qui m’a donné beaucoup de plaisir musical, sans compter une écriture légère et agréable – et sans fautes de français ! – qui changeait agréablement du charabia habituel sur le net. Je comprends que vous ayez eu envie de passer à autre chose, et espère que quelqu’un prendra le relais avec le même talent. Claude Orteca.

  11. Collaborer avec Bossanovabrasil [et avec Thierry :-)], c’était du pur bonheur…

    Un regard toujours pertinent et passionnant, un avis tranché et sincère, un humour percutant et quelques fois décalé, une grande expérience du Brésil… Bref, j’ai adoré !

    Merci pour tous ces échanges et au plaisir de te revoir !
    Stéphane de Clube Brasil

  12. Aude

    Bonjour,

    Même si je comprends votre lassitude, voire votre colère, je ne peux que regretter votre décision.
    Votre site m’a donné énormément de plaisir et m’a fait découvrir beaucoup d’artistes.
    Vous avez sans aucun doute donné envie à de nombreux lecteurs d’écouter de la musique live à Rio.

    Alors merci pour tout.

    • Thierry

      Merci Aude ! Je suis très heureux d’avoir été utile et de vous avoir apporté plaisir et découverte.
      Lassitude, sûrement, mais colère, non. Grâce à ce blog j’ai pu rencontrer des musiciens formidables – que je continuerai à suivre et à écouter. Il fallait tourner la page, mais sans refermer le livre pour autant !
      Forte abraço.

  13. Merci beaucoup Thierry pour ce blog qui a mieux fait connaitre la bossa en France, même si nous n’étions pas des dizaines de milliers . Je ne passe pas une journée sans écouter quelques bossas, c’est dire si j’appréciai Bossa Nova Brasil. Peu de passionnés vont au bout de leur démarche, c’est ce que tu as fait avec ton site qui exigeait beaucoup de travail avec peu de retours. Curieusement, je pensais tout à l’heure à ton interview de Joao Donato, une des très rares faites par un français.
    Longue route et parabens Thierry ! Bossa Nova Brasil va nous manquer.
    Sergio

    • Thierry

      Merci Serge ! Abs.

  14. Heureusement que le site est toujours « online » pour relire des articles de fond remarquablement écrits et illustrés par Thierry. Une belle initiative qui s’éteint…
    Jeff – Les Délices de FA,

Exprimez vous !