Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BossaNovaBrasil | 23 avril 2017

Remonter

Top

2 Commentaires

Au revoir Lula !

Un président sud-américain qui ne profite pas de ses 80% de popularité pour modifier la constitution afin d’en prendre pour 4 ans de plus, ça existe, et c’est au Brésil. En respectant la règle, Lula a consolidé la place de son pays dans le camp des grandes démocraties. Méprisé par l’intelligentsia qui le prend pour un plouc, détesté par la grande bourgeoisie qui l’accuse d’encourager l’ouvrier à la paresse, Lula gardera pour beaucoup l’image d’un président honnête, humain, pragmatique, volontaire et intelligent. Il laisse un pays sans dettes et en pleine croissance, qui vole de succès en succès sans pour l’instant prétendre constituer un exemple pour le reste du monde. La comparaison est cruelle.

Parmi les trois principaux candidats à la magistrature suprême, pas de haut fonctionnaire, ni de fils de famille élevé au doux soleil des Neuilly brésiliens, façon José Sarney ou Fernando Collor. Les trois présentent la caractéristique commune d’avoir été des résistants : Dilma Roussef a été emprisonnée et torturée pendant la dictature, José Serra a connu de longues années de clandestinité et d’exil, et Marina Silva a combattu avec le mouvement des sans-terre aux côtés de Chico Mendes. Respect.

Il ne fait guère de doutes que la dauphine désignée de Lula, Dilma Roussef, prendra dimanche la suite du bon barbu. En attendant, c’est l’occasion d’entendre parler du Brésil dans les médias français pour autre chose que le football, la déforestation et la chirurgie esthétique. Même le Figaro lui a dédié une page pour le moins emphatique… le journal de Serge Dassault est prêt à tout pour enfin réussir à fourguer ses Rafale !

Voici toujours un clip électoral du PT à la gloire de Dilma Roussef. Vous verrez qu’il ne s’embarrasse pas de discours ou de réthorique compliquée. Juste des jolies images d’un peuple en marche et d’un pays qui avance. Ce qui n’est pas faux, même si la route sera encore longue.

Vous aimez ? Parlez-en à vos amis !

Commentaires

  1. Dave

    Bel hommage à ce grand bonhomme.
    « Méprisé par l’intelligensia », « détesté par la grande bourgeoisie » ? Si Lula a un tel niveau de popularité, alors l’une et l’autre ne doivent pas peser bien lourd dans l’opinion publique brésilienne …

Exprimez vous !