Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BossaNovaBrasil | 24 juin 2017

Remonter

Top

7 Commentaires

Une semaine avec João Gilberto

Au Brésil, il y a la musique avant et après João Gilberto. Avant lui, Tom Jobim, Vinicius de Moraes, Johnny Alf, Dick Farney (ces derniers bien brésiliens sous leurs pseudonymes) et quelques autres, avaient mis en place certains aspects de la révolution bossa à venir. Mais c’est à João que l’on doit les deux spécificités qui ont défini le genre : la rythmique et le chant. Pour son 80ème anniversaire nous lui avons consacré une semaine entière en juin 2011.

Cette batuque, d’abord, née de la samba et si riche de syncopes, fut une nouveauté qui sidéra tous les guitaristes quand ils l’entendirent la première fois. Il s’en dégage une tension permanente qui fait danser les accords. Et puis il y a la voix – « de chanteur à micro » comme on disait à l’époque. Pas de vibrato, pas d’effets, et surtout pas de pathos : une voix pure et sans artifice, une diction claire.

João Gilberto c’est aussi cette façon si personnelle de détacher la mélodie de la rythmique. Ce chant qui se promène autour de la guitare, tantôt un peu devant, tantôt un peu derrière, jamais où on l’attend.

bibliographie João GilbertoNous allons revenir sur les temps forts de la carrière de João Gilberto depuis ses débuts comme crooner et chanteur de radio à Salvador en 1949 jusqu’à nos jours, où il vit reclus à Rio de Janeiro dans le quartier de Leblon(*). Mais le journaliste Ruy Castro a raconté l’histoire de João Gilberto bien mieux que je ne pourrais le faire, notamment dans le livre qui donne les clés de la bossa : Chega de Saudade, dont il existe une traduction en français. Le musicologue Walter Garcia a de son côté analysé l’apport de João Gilberto dans un ouvrage en portugais, mais accessible aux musiciens grâce aux partitions citées en exemples : Bim bom: a contradição sem conflitos de João Gilberto.

Commençons par Canta Brasil, un énorme tube d’Ary Barroso. Ecoutez-le d’abord (pas forcément jusqu’au bout !) par Cauby Peixoto & Angela Maria, dans le style samba exaltação cher à son compositeur… avant de le trouver intégralement rhabillé par le génie intemporel de João. Et goûtez la différence.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

(*) il semble que sa propriétaire, un peu fatiguée du retard de loyer accumulé, ait essayé de l’en déloger voici quelques mois…

Demain : João Gilberto, des origines à la Révélation

Vous aimez ? Parlez-en à vos amis !

Commentaires

  1. Joana

    Joao Gilberto ! toute l’orchestration de la musique brésilienne dans sa guitare et son chant …

  2. Joana

    Y a til un concert de Joao quelque part dans le monde ?? je ne trouve pas d’infos sur son agenda ,merci de vos réponses!!

  3. Charles

    80 ans… pas sûr qu’il ait encore envie de se produire sur scène, déjà qu’il se fait rare…

  4. Une semaine entière João Gilberto, belle initiative.
    J’avais noté ce 80e anniversaire et cette histoire d’appartement m’avait frappé, assez typique du bonhomme.
    J’attends ton prochain épisode !

  5. Joana

    je continue mes questions sur joao puisque c’est sa semaine , existe t il un dvd ,song book ,sur sa technique ? à part regarder ses doigts sur les videos … je vois rien ,merci

  6. Thierry

    Olà Joana, à ce jour je n’ai trouvé aucun DVD de João Gilberto, mais YouTube contient pas mal de merveilles.
    Sa technique de main droite a été largement analysée ; on la retrouve dans la méthode de Nelson Faria citée ici : http://bossanovabrasil.fr/la-guitare-bossa-nova-avec-methodes-2864.html
    Comme tout ce que fait Joãozinho, ça a l’air très facile… et il faut travailler un moment avant d’y arriver (un peu).

  7. mhch

    Quelle bonne idée Thierry que cette série sur le maestro !!

    Mieux que regarder ses doigts sur une vidéo YouTube! 1) télécharger la vidéo et 2) la faire jouer sous controle d’un logiciel comme Transcribe. Ce qui permet de ralentir, mettre des marqueurs, des indications de mesures et de temps, jouer des segments en boucle. Avec ça (et de la patience), on peut exactement décoder ce que joue João. Il ne reste qu’à faire pareil, d’abord sans chanter, ensuite avec ….

Exprimez vous !