Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BossaNovaBrasil | 23 octobre 2017

Remonter

Top

2 Commentaires

Tudo bem! Avec Joe Pass

Tudo bem! Avec Joe Pass

Si je ne devais citer qu’un seul guitariste de jazz, ce serait Joe Pass. Et s’il ne fallait conserver qu’un seul album de Joe Pass, ça serait forcément Tudo Bem! que je garderais. Un disque accompli et inspiré, dont le groove souple et détendu est nourri par des sidemen de premier ordre : la bossa américaine dans ce qu’elle a eu de meilleur.

Quand il enregistre Tudo Bem! en 1978, Joe Pass a une magnifique carrière derrière lui. Valeur sûre de l’écurie du producteur Norman Granz aux côtés d’Oscar Peterson et Ella Fitzgerald, le guitariste est connu pour ses walking bass subtiles, son art du contrepoint et sa fantastique technique harmonique. C’est déjà le guitariste référent du jazz – et un exemple emblématique du jeu « aux doigts » (c’est à dire sans médiator). Toutes les stars veulent enregistrer avec lui.

Joe Pass Tudo Bem le Brésil à l'américaineC’est à la suite d’une tournée au Brésil que Joe Pass décide de consacrer tout un album à donner sa propre vision de la musique brésilienne des années 60. Il s’entoure du percussionniste Paulinho de Costa, déjà installé aux Etats-Unis, du batteur Claudio Slon, du contrebassiste Octavio Bailly, et du pianiste Don Grusin, un amoureux de la samba. Cerise sur le gâteau, il est rejoint par Oscar Castro-Neves pour un duo de guitares d’anthologie sur Gentle Rain de Luiz Bonfá, que je vous propose d’écouter tout de suite :

La playlist du disque parle d’elle-même :

  1. Corcovado, de Jobim et Vinicius (dans une version jazz latin, très enlevée)
  2. Razão de viver, d’Eumir Deodato (Tears, en version anglaise)
  3. Wave, de Jobim
  4. Você, de Bôscoli et Menescal
  5. Preciso aprender a ser só (If you went away), de Marcos Valle
  6. Que que ha, seule composition originale du disque, par Octavio Bailly le bassiste et Don Grusin le pianiste)
  7. Chuva delicada (the Gentle Rain) de Luiz Bonfá
  8. O Barquinho, de Bôscoli et Menescal
  9. Luciana, de Jobim et Vinicius
  10. I live to love, de Oscar Castro Neves

51 minutes de plaisir !

NB : en 1980, Joe Pass participera à l’album d’Ella Fitzgerald « Ella abraça Jobim » (« Ella Fitzgerald sings the Antonio Jobim songbook », ainsi que son compère Paulinho da Costa.

Vous aimez ? Parlez-en à vos amis !

Commentaires

  1. Pascal

    Merci Thierry !! Tu me prolonges les vacances par cette magnifique version de Gentle rain ! Effectivement Joe Pass était un grand spécialiste du jeu aux doigts : mieux ! il « mixait » la tenue du médiator avec le pouce et l’index et le majeur et l’annulaire jouaient également en pincé !! Quel talent et quel sens du phrasé !
    Bonne rentrée à toi !

  2. Playtime

    Une fois de plus, merci. Encore une belle découverte pour moi, grâce à BossaNovaBrasil. Comment avait-je pu passer à côté de Joe Pass jusqu’à présent ?!?

Exprimez vous !