Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BossaNovaBrasil | 19 novembre 2017

Remonter

Top

percussionniste brésilien Archives - BossaNovaBrasil

Aguas de Março à la cuíca !

5 mars 2012 | 3

Juste un petit clin d’œil pour commencer cette semaine de mars, avec une version tout à fait inhabituelle d’Águas de Março offerte par Trio Mocotó et son extraordinaire percussionniste Fritz Escovão. Ce dernier joue toute la chanson de Tom Jobim et Vinicius de Moraes à la Cuíca. Inattendu et réussi. Lire l’article

Pedro Luis et Roberta Sá, couple musical de l'année

11 juillet 2011 |

Mariés depuis 2008, Pedro Luis et Roberta Sá connaissent une année artistique particulièrement heureuse. A eux deux, ils viennent de ramasser quatre trophées au 22ème Prix de la Musique Brésilienne.

Je vous ai souvent parlé de la jeune Roberta Sá et de son immense talent de chanteuse. Son dernier disque, Quando O Canto É Reza, intelligent, subtil et tout imprégné de ce chôro qui fait l’âme de Rio de Janeiro a remporté le prix du meilleur album de la catégorie Lire l’article

Berimbau en transe à Paris

1 juin 2011 | 6

Tout argentin qu’il soit, natif de Rio de la Plata, Ramiro Musotto décide à l’âge de 18 ans de devenir « percussionniste brésilien ». Et il y est admirablement parvenu, comme va vous le prouver son solo de berimbau lors d’un concert avec Lenine à la Cité de la Musique de Paris.

Mais Ramiro ne se limite pas aux percussions. Installé à Salvador à partir de 1992, il devient Lire l’article

Mort d’un grand percussionniste

13 mars 2011 | 1

Don Chacal est mort samedi à Rio. Le Lapa de la samba est en deuil.

Je l’avais rencontré en janvier dernier, à la Carioca da Gema, où il était habitué des shows de Luiza Dionizio et Ana Costa. Entre deux sets, il était sorti fumer une de ses fines cigarette, et je l’avais suivi pour discuter. Il y avait de quoi être impressionné par son parcours musical, mais Don Chacal n’avait pas snobé le gringo de BossaNovaBrasil, et je garde un souvenir ému de cette rencontre. Lire l’article

Découvrir le Carimbó

22 janvier 2011 | 2

Rio de Janeiro est souvent décrit comme la caisse de résonnance des musiques brésiliennes. Ca se confirme une nouvelle fois, puisque c’est au Centrô de Referencia da Musica Carioca, à Tijuca, que j’ai découvert l’autre jour le carimbó, une musique amazonienne racontée par trois de ses meilleurs représentants : le Trio Manari, invités du chanteur Marco André.

Le nom carimbó vient d’un drôle de tambour : le curimbó, dont le fût était à l’origine directement creusé dans le tronc d’un arbre de trente mètres de haut. La peau se taillait dans le cuir d’un Lire l’article

Diminuto, incertain Carlinhos Brown ?

9 novembre 2010 | 8

Chanteur, percussionniste, compositeur, producteur, le bahianais Carlinhos Brown est aussi un citoyen très engagé, dont le projet Timbalada sert de base à un travail social remarquable dans les quartiers pauvres de Salvador. Il vient de sortir au Brésil deux disques en même temps: Diminuto et Adobro.

Diminuto, très acoustique, réunit dix chansons : des bossas, des sambas, des balades. Adobró se situe davantage Lire l’article

Barbatuques, human batucada

26 juillet 2010 | 2

Barbatuques est un groupe brésilien très créatif, fondé par le musicologue pauliste Fernando Barboza qui travaille depuis le milieu des années 90 à développer le concept de percussions corporelles.

Barbatuques est aux « human beat box » ce qu’un orchestre symphonique est à un violoniste. Ils démontrent la force et la créativité d’un groupe humain, sans artifices ni d’autres moyens que ceux que la nature leur a donnés. Le résultat est absolument génial. Les voici pour aujourd’hui dans une batucada intitulée Lire l’article

Olodum à Johannesbourg : maracatu contre vuvuzelas

30 juin 2010 |

Vendredi 2 juillet à partir de 11 heures, le groupe Olodum animera le Pelourinho de Salvador de Bahia. Au même moment, à l’Ellis Park de Johannesbourg , Olodum animera la torcida (les supporteurs) avant, pendant et après le match du Brésil. Comment font-ils ?

Le groupe afro-bahianais Olodum n’est pas un groupe ordinaire. Orchestre de percussions (batucada) mêlant musique et jonglerie, il fait aussi office de fanfare municipale et d’école de perfectionnement. C’est un vivier de talents depuis sa création comme Bloco de Carnaval en 1979, un vivier assez grand pour y tailler plusieurs groupes de grande qualité, prêts à essaimer dans le monde entier.

En 1994 ils accompagnent Michael Jackson pour son unique clip brésilien : They don’t care about us. La même année, Olodum suit l’équipe de football brésilienne aux Etats-Unis et maraboute Lire l’article