Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BossaNovaBrasil | 11 décembre 2017

Remonter

Top

4 Commentaires

Saudade do Nino : la rua Madureira

Saudade do Nino : la rua Madureira

Beaucoup de musiciens français ont, un jour ou l’autre, rencontré le Brésil et ses musiques. Claude Nougaro, Henri Salvador, Bernard Lavilliers, chacun dans leur style, ont produit pas mal de chansons inspirées, adaptées, ou directement traduites de tubes de bossa-nova ou de samba.

Nino Ferrer n’était pas que l’inoubliable interprète de Mirza ou de Gaston y a le téléfon qui son. Bien avant le Sud, il enregistre en 1969 une jolie chanson, composée par Daniel Berreta sur la base, me semble t-il, d’une descente chromatique déjà éprouvée par le tube brésilien ‘Corcovado’.

Je ne suis jamais allé rua Madureira, qui se situe quelque part dans la banlieue nord de Rio de Janeiro, et a priori Nino non plus, mais ça ne l’a pas empêché de saisir quelque chose de la saudade du Brésil.

Voici sa chanson, une sorte de bossa-nova peut-être approximative (guitare mal à l’aise et percus poussives), mais qui a conservé toute sa grâce.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Vous aimez ? Parlez-en à vos amis !

Commentaires

  1. billie

    c’est assez doux, et puis on comprend les paroles 😉
    Bon, tu balances le fameux "j’aime ton cul et tes gros seins" ? INOUBLIABLE

  2. Euh… c’est à dire que ‘J’aime Tonku’ se situe assez loin de la bossa-nova… mais je trouverai une passerelle c promis 🙂

  3. En effet a saudade, c’est le manque. Ca peut être terriblement déchirant (y compris pour les oreilles) dans le fado portugais, par exemple. Ou juste un sentiment diffus, sorte de nostalgie, la Sehnsucht des romantiques allemands.

    La bossa apportait de la fraîcheur, de l’espoir et de l’optimisme dans une chanson jusqu’alors dominée par des histoires tristes, d’où le titre ‘Chega de Saudade’ qui signifie ‘ça suffit la saudade’ et qui a marqué le lancement du mouvement.

  4. Laurence

    Bonjour les poètes…
    Alors que dans cette chanson tout est "divin,léger*,valable, bi-zan-tin" comme disait Nino

    *C’est pour respecter le texte: car rien de léger dans cette belle évocation du manque. C’est ça la traduction de Saudade, non?

    Ah, Nino!… Qu’est ce qu’il faut faire??? (…quand on ne sait rien faire? On devient un homme à tout faire, on a les embêtements les plus divers(..)…)

Exprimez vous !