Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BossaNovaBrasil | 23 mai 2017

Remonter

Top

1 Commentaire

Samba des origines

A force d’entendre parler du succès des artistes de Lapa, on oublierait presque que c’est dans l’état de Bahia qu’est née la samba. Par la suite, la capitale carioca s’est emparée du genre et l’a transformé en ce que nous connaissons aujourd’hui. Mais cette samba rude et rurale des origines existe toujours. Originaire comme la famille Veloso-Bethania ou Paulo Costa de la petite ville de Santo Amaro da Purificação, Dona Edith do Prato est une grande représentante du genre, et je vous propose de la retrouver sans plus attendre avec le groupe Vozes da Purificação.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Premier espace conquis et terre de plantations, le Nordeste est un peu le continent noir du Brésil. Pour éviter les révoltes d’esclaves, les grands propriétaires y avaient l’habitude de mélanger les tribus et les ethnies. Les différentes cultures africaines se sont peu à peu mixées pour créer un style syncrétique, qui se manifeste à partir du milieu du 19ème siècle comme la « samba de roda » – samba de ronde – dans la région du Reconcâvo.

Il ne faudrait pas confondre « samba de roda » et … « roda de samba ». Une « roda de samba », c’est ni plus ni moins un boeuf, au cours duquel les musiciens se retrouvent autour d’une table et de quelques bières pour jouer les standards. Une « samba de roda » associe la musique, la danse, la poésie, plus les orixas, Xangu, tout ça… et, toujours, quelques bières. Elle se construit à base de chants et de battement de mains. S’y ajoutent, selon les moyens, un pandeiro (que nous appelons ici un tambourin), un genre de tambour (atabaque), un berimbau, une viole portugaise (viola) et un chocalho (comme un shaker avec des cailloux dedans). Une roda bahianaise comprend habituellement la « samba chula » – des paroles déclamées, façon slam – et la « samba corrido » : un danseur après l’autre se place au milieu du cercle et danse au son des palmas, des instruments, de la voix des deux chanteurs et du chœur des participants.

Voici une vidéo ethno-culturelle (en portugais) tournée je ne sais pas trop quand, mais qui contient de nombreux extraits musicaux et donne un aperçu du genre originel.

Merci au blog brésilien Receita de Samba pour la photo et le le lien.
PS : Saviez vous que la samba de roda a été proclamée en 2005 par l’Unesco « Chef d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité » ? Moi non plus, mais c’est réparé.

Vous aimez ? Parlez-en à vos amis !

Commentaires

  1. Et les bières toujours « bem geladas » !

Exprimez vous !