Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BossaNovaBrasil | 26 mars 2017

Remonter

Top

1 Commentaire

Répétition chez Tom

Le disque Caymmi visita Tom, sorti chez Elenco en 1964, réunissait déjà Tom Jobim le carioca et Dorival Caymmi le bahianais. Les enfants de Dorival : la chanteuse Nana, Danilo le flûtiste et Dori le guitariste et chanteur, étaient de l’enregistrement. La vidéo d’aujourd’hui réunit les mêmes longtemps après, puisqu’elle se situe chez Tom Jobim dans sa maison au Jardin Botanique, quelque part dans les années 80.

Avec des talents pareils, la répétition n’est jamais très loin du bœuf – on entend que ça picole dans la pièce attenante… Cheveux longs, chemise rose et chapeau de paille, Tom est à la fois détendu et attentif – il y a quand même huit musiciens avec lui ! Il donne des indications aux choristes, parmi lesquelles on reconnaîtra la toute jeune Paula Morelenbaum, qui n’en est qu’aux débuts d’une belle carrière de bossa nova. Un document sympa sur le travail des grands de la musique brésilienne.

Pour écrire Maracangalha, Dorival s’est inspiré d’un ami à lui, qui entretenait deux foyers : celui de son épouse et de ses enfants officiels, et celui de sa maîtresse, laquelle vivait avec leurs quatre enfants de l’autre côté de Salvador. Régulièrement, l’homme s’envoyait à lui-même des télégrammes réclamant sa présence pour affaires urgentes à Maracangalha, une petite ville de l’état de Bahia. Au retour, il ne manquait jamais de rapporter à sa légitime un sac de sucre à la marque de l’usine où il était sensé avoir passé son temps…

Je vous propose d’écouter aussi la version qu’en donnait Tom Jobim dans son ultime disque « Antonio Brasileiro ».

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Grille d’accords et paroles de Maracangalha, de Dorival Caymmi, sont ici.

Vous aimez ? Parlez-en à vos amis !

Commentaires

  1. Antoine

    C’est clair on aurait bien aimé y être

Exprimez vous !