Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BossaNovaBrasil | 28 mars 2017

Remonter

Top

Pas de Commentaire

Quand il fait chaud, quoi de mieux qu'une noix de coco ?

Dans toutes les régions du Brésil on peut boire une eau de coco, de préférence servie bien glacée dans son conditionnement d’origine. Les kiosques sont livrés chaque matin par des camions qui apportent les noix de coco vertes rafraîchies toutes la nuit dans d’énormes chambres froides en périphérie des villes. Des vendeurs ambulants en proposent un peu partout. Quelques coups de machette, une paille et hop, on sert. Quand on a tout bu, un autre coup de machette vous permettra de manger un peu de la chair blanche qui tapisse l’intérieur.

Rafraîchissante, l’eau de noix de coco est aussi connue pour ses vertus au lendemain d’une soirée trop arrosée ou plus prosaïquement pour récupérer d’une turista galopante. Sels minéraux, vitamine C, vitamines B1, 2 et 3, potassium, fer, magnésium, phosphore, cuivre, zinc et acide laurique en font une boisson saine et reconstituante.

La noix de coco n’est dangereuse que quand on s’endort sous un cocotier – l’une d’elles a failli avoir la peau tannée de Keith Richards voici quelques temps, mais le guitariste des Stones résiste décidément à tout…

Le coco est aussi un rythme et une danse du Pernambouc, dans le Nordeste, accompagnée généralement par un surdo, un pandeiro, un triangle, un ganzá et les semelles de bois des danseurs. En voici trois exemples généreusement exécutés par le guitariste et professeur Renato Velasco dans sa méthode La Guitare Brésilienne.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Vous aimez ? Parlez-en à vos amis !

Exprimez vous !