Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BossaNovaBrasil | 17 décembre 2017

Remonter

Top

3 Commentaires

Philosophie en samba

Philosophie en samba

La chanson Filosofia est l’une des plus belles sambas de Noël Rosa, et je n’en connais pas de plus belle interprétation que celle de Paulinho da Viola. Elle a pourtant été chantée un jour ou l’autre par toutes les grandes voix du Brésil. Mais la simplicité de Paulinho, la qualité de son jeu et le velouté de sa voix a ma préférence.

2014 a été une triste année pour les amis de la musique brésilienne qui veulent en connaître autre chose que les tubes de l’été et les bossas du Realbook. En 2014, l’année de la Coupe du Monde au Brésil, le Forum francophone de la musique brésilienne a tiré le rideau, faute d’argent, de participants, d’envie. Radio Clube Brasil, la seule web radio francophone 100% Brésil a également cessé d’émettre cette année, pour les mêmes raisons. Les survivants ne sont pas forcément en grande forme.

De la philosophie, il en faut à ce site pour survivre aux attaques de hackers et aux commentaires des trolls. Pour accepter que les autorités du pays le plus musical du monde n’y aient prêté aucune attention depuis cinq ans. Que la communauté des francophones intéressés ne se développe pas – leur âge moyen laisse même à penser qu’elle est partie pour se réduire. Autant consacrer son temps libre à prendre sa guitare et à jouer avec ses amis !

Voici une traduction maison des paroles de Filosofia. N’hésitez pas à apporter vos corrections.

Le monde me condamne, et personne n’hésite
A dire du mal de moi
Sans se préoccuper de savoir si je mourrai de soif
Ou si je mourrai de faim.
Mais la philosophie aujourd’hui me soutient
Et m’aide à vivre indifférent
Dans ce quotidien sans fin
Je vais prétendre que je suis riche
Pour que personne ne se moque de moi
Peu m’importe que tu me dises
Que la société est mon ennemie
Parce que chantant de par ce monde
Je vis esclave de ma samba, comme un clochard
Quant à toi, l’aristocrate
Qui a de l’argent, mais n’achète pas la joie
Tu devras vivre éternellement
Esclave de ces gens
Qui cultivent l’hypocrisie.

O mundo me condena, e ninguém tem pena
Falando sempre mal do meu nome
Deixando de saber se eu vou morrer de sede
Ou se vou morrer de fome
Mas a filosofia hoje me auxilia
A viver indiferente assim
Nesta prontidão sem fim
Vou fingindo que sou rico
Pra ninguém zombar de mim
Não me incomodo que você me diga
Que a sociedade é minha inimiga
Pois cantando neste mundo
Vivo escravo do meu samba, muito embora vagabundo
Quanto a você da aristocracia
Que tem dinheiro, mas não compra alegria
Há de viver eternamente sendo escrava dessa gente
Que cultiva hipocrisia

Ami guitariste, tu trouveras la grille de Filosofia ici

Vous aimez ? Parlez-en à vos amis !

Commentaires

  1. Mais non, je suis sûr que les français sont toujours aussi fan de musique brésilienne! J’étais au concert des Meta Meta à Pantin la semaine dernière, plein à craquer et moyenne d’âge 25-30 ans.

    Mais je te rejoins, il est peut être plus amusant et épanouissant de jouer et chanter entre amis que de tenir un blog 🙂

    Et pour cette très belle chanson de Noel, j’aime beaucoup cette version d’Adoniran Barbosa, quelle voix! https://www.youtube.com/watch?v=RHZEVQctd_A

  2. Pascal

    Merci Thierry !! Une superbe chanson pleine de sagesse !

  3. zanzibar

    Superbe interprétation en effet. Pour la place de la chanson, musique brésilienne, en dehors de l’aspect affectif qui peut exister, non pour le moment ce n’est pas la période où elle est la plus présente en Europe.
    Mon époque de jeunesse c’était les années 60 70. Les grands noms de la musique, chanson brésilienne avaient une notoriété assez vaste en France. Ces artistes ont vieilli avec ceux qui les écoutaient à ce moment là.
    Aujourd’hui comme il est écrit fort justement sur ce site, ce qui est écouté à 75% par les brésiliens, c’est de la musique sertaneja. Quels artistes de cette branche sont vraiment connus en France ?
    Ah oui ce n’est pas de la bonne musique pour beaucoup. Alors nous sommes passés à un style non reconnu aujourd’hui ici, alors qu’auparavant les grands artistes brésiliens réunissaient souvent tout type d’auditeurs.
    Pour les concerts des artistes brésiliens, j’y vais de temps en temps en France. La communauté brésilienne est bien plus présente aujourd’hui qu’il y a 40 ou 50 ans, donc on trouve parmi les spectateurs de très nombreuses personnes qui viennent voir des artistes de leur pays.
    Du Brésil avant d’y voyager le mois dernier mon fils connaissait Emicida.

Exprimez vous !