Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BossaNovaBrasil | 20 novembre 2017

Remonter

Top

1 Commentaire

Norma, ouh là là !

La plastique de Norma Bengell fait rêver tous les brésiliens au début des années 60. Elle connaît une brève carrière de chanteuse mais c’est au cinéma qu’elle devient une sorte de Brigitte Bardot brésilienne. Toutes proportions gardées – si j’ose dire.

Sa carrière dans le septième art se limite en effet à une impayable suite de nanars. Après L’Homme du Spoutnik, son premier film, elle enchaîne sur La Planète des Vampires, Les Soleils de l’île de Pâques, Passion sur la Plage, OSS 117 prend des Vacances, On excuse plus, on tue… et des dizaines dans le genre. Une carrière improbable qu’elle doit sans doute, la pauvrette, à son mariage de trente ans avec l’acteur italien Gabriele Tinti – lui-même héros d’Emmanuelle et les derniers Cannibales, entre autres chefs d’oeuvres.

Dommage que Norma n’ait pas poussé plus loin dans la chanson, parce que son premier album « Oooooh Norma » n’était pas mal du tout. La voici en 1959 dans une plaisante interprétation rumba de la chanson de João Gilberto : Ho ba la la, arrangements par Lindolfo Gaya.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Vous aimez ? Parlez-en à vos amis !

Commentaires

  1. La pochette de l’album est extra !

    Sinon, Norma vit actuellement une situation difficile qu’elle a récemment eu l’occasion d’expliquer dans la Folha de SP: en gros un imbroglio juridique suite à une mauvaise « interprétation » de la loi Rouanet d’aide à la création artistique.

Exprimez vous !