Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BossaNovaBrasil | 25 juin 2017

Remonter

Top

Pas de Commentaire

Nina Becker, talent et modernité

Née à Rio en 1974, Nina Becker commence sa carrière comme directrice artistique du groupe Orquestra Imperial. C’est avec eux à São Paulo, qu’elle rencontre Moreno Veloso, Rodrigo Amarante, Kassi et Thalma de Freitas, et qu’elle se lance dans la musique.

Son style est assez composite, avec un son pop rock, des enrichissements électro, des racines samba reggae, et un style plus pauliste que spécifiquement carioca, si ce que j’écris veut bien dire quelque chose. Elle sort en tous cas ses deux premiers albums coup sur coup en 2010 : Azul et Vermelho, 20 chansons en tout dont 9 de sa composition.

nina-becker-3Cette pratique de double lancement est assez tendance actuellement au Brésil (cf. Carlinhos Brown dernièrement). Azul s’est bâti tout au long de 2009. Nina Becker y fait entendre une voix claire et légère (voire un rien fluette ? Je serais curieux d’en entendre la version brute) sur des arrangements qu’on qualifiera, selon son goût, de délicats ou de faiblards. Bref, c’est très joli mais il faut aimer, parce que ça ne bouge pas du tout.Vermelho est davantage rythmique et un peu moins récitatif – cette fois s’agit d’un live enregistré en quatre jours avec le groupe Do Amor. Toc toc, Volte sempre, Superluxo sont mes trois préférés.

Je vous propose d’écouter d’abord Nina dans une samba de Nelson Cavaquinho « Quando eu me chamar saudade . On peut préférer Luiz Melodia, mais on a le droit d’aimer aussi.

Et pour vous faire une idée de l’autre face de son talent, voici une ballade en français « Dans ton île » (rien à voir avec Henri Salvador) – les guitaristes seront intéressés par la démonstration « électro fait main » réalisé sur une guitare électrique avec divers accessoires.

Retrouvez Nina Becker sur son site web : http://www.ninabecker.net/

Vous aimez ? Parlez-en à vos amis !

Exprimez vous !