Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BossaNovaBrasil | 20 août 2017

Remonter

Top

2 Commentaires

Maritima, le nouveau disque d'Aline de Lima

Le week-end dernier, j’ai interviewé Aline de Lima pour le compte de la radio ClubeBrasil. L’occasion de rencontrer et d’écouter de près cette artiste naturelle et volontaire, originaire du Maranhão, qui présente ces jours-ci son nouvel album : Maritima.

Aline de Lima est née à la frontière du sertão et de la forêt, tout là-bas, au fin fond du Maranhão. Ses parents n’étaient pas musiciens mais elle n’en a pas moins été bercée dès son enfance par les rythmes du Nordeste, de la samba de roda au baião, du Bumba meu Boi à la xoxote. Quand elle débarque à São Luis, elle connait le choc de la découverte du reggae qui règne en maître dans la capitale. Elle suit des études d’ingénieur, et commence à écrire des chansons. Puis elle part en Europe, d’abord en Suède, et bientôt à Paris où elle habite depuis plus de dix ans.

Après un premier album Arrebol en 2006, produit par ce grand musicien et chercheur qu’est Vinicius Cantuaria, après Açai en 2008 avec Jun Miyake, tous deux chez Naïve, c’est en indépendante qu’Aline de Lima vient de sortir ce troisième CD. Ecoutez la chanson « Upaon açu », qui parle – en portugais et en français s’il vous plait – de São Luis. Ao vivo et au naturel samedi 13 août 2011 dans le studio de la radio.

« Maritima est le troisième volet de la première phase de ma vie artistique : la découverte de soi. » Aline en a écrit l’essentiel des textes et des mélodies et y a fait participer d’excellents musiciens, via des enregistrements « maison » réalisés à Rio, São Luis et Paris. On y entend notamment la voix de Flavia Bittencourt, le pandeiro aussi créatif que solide de Neitinho Albuquerque, le bel accordéon de Rui Mario, l’idéal Dada Viana aux percussions… Que du bon.

Outre la chanson titre, on y trouve entre autres « Madrugada », écrite avec Marcio Faraco qui l’a lui-aussi enregistrée dans son récent album o Tempo (lire son interview ici). « Infinito blue » est un morceau aussi charmant que dense et retenu, soutenu par un accordéon qui nous emmène quelque part sur l’Atlantique, entre Paris, São Luis et Buenos Aires. « Velho Mundo Novo – Paris » décrit avec humour les ressemblances entre la France et le Brésil – surtout les soirs de match à Saint-Denis quand la « canicule » veut bien pointer son nez.

C’est une malicieuse chanson capverdienne écrite par Mario Lucio : « Um Mar de Mar », qui vient clore l’album avec ses allitérations et la multiplication des préfixes « mar » tant en portugais qu’en français.

Une artiste dont la grâce se combine à l’énergie. Un bel album, personnel et pourtant accessible, par une chanteuse brésilienne bien dans son époque (il fallait l’entendre parler informatique avec les geeks de la radio !), bosseuse (elle s’est mise à la guitare il y a deux ans pour pouvoir se rapprocher du public, s’apprête à travailler sa technique vocale au cours d’un stage de cinq mois) et volontaire – car sans volonté, pas d’indépendance…

Vous pouvez acheter Maritima d’Aline de Lima au prix exceptionnel de 8 euros sur les plates formes de téléchargement légal habituelles.

Le site d’Aline : www.alinedelima-music.com et sa page MySpace : www.myspace.com/alinedelima

Prochain concert : 17 novembre à l’Entrepôt. Autres dates en préparation.

Retrouvez Aline de Lima et la fine fleur de la musique brésilienne d’aujourd’hui et de toujours en écoutant la webradio ClubeBrasil. 100% Brasil 24 heures sur 24.

photo du haut : de gauche à droite : Victor de Clube Brasil, Aline de Lima, Stéphane de Clube Brasil

Vous aimez ? Parlez-en à vos amis !

Commentaires

  1. Pour ma part, une belle découverte. Merci Thierry.

  2. Charles

    Très, très sympa. Je suis en train d’écouter son interview sur la radio, plein de sens et de simplicité. « Découvrir au delà de la ligne froide de l’horizon » : un joli programme.

Exprimez vous !