Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BossaNovaBrasil | 25 juin 2017

Remonter

Top

Pas de Commentaire

Marcos Sacramento en France

Ce n’est pas un artiste ordinaire que vous avez pu pouvez entendre en octobre 2012 à Nice, Marseille, au Pradet et à Paris. Le carioca Marcos Sacramento est un remarquable interprète doublé d’un esthète exigeant… et d’un infatigable curieux. Explications en musique.

Marcos Sacramento a eu plusieurs vies. Au milieu des années 80 à Rio, il fut d’abord chanteur d’un groupe de pop-rock : Chien sans Maître (Cão Sem Dono). Mais, au milieu du premier disque du groupe, on trouve une interprétation de Sinal Fechado, le tube de Paulinho da Viola. Tout un symbole.

Marcos continue sa vie de rockeur, en même temps que son horizon musical ne cesse de s’élargir : Orlando Silva, Marlene, Maurício Carrilho, Marcos Suzano… C’est avec ces deux derniers qu’il enregistre son premier album, qui sortira plus tard en Europe sous le label français Buda Musique, et sera récompensé par le Monde la Musique comme « meilleur disque brésilien de l’année 1997 ».

Fini le groupe de rock. Marcos commence une carrière solo, monte un show en hommage à Vinicius de Moraes, un autre à la mémoire du compositeur Sinho, se met à la composition, et sort en 2003 un album chez Biscoito Fino « Memorável Samba », relecture de sambas écrites entre 1932 et 1955. Par la suite, il continuera à travailler le répertoire de la samba : Noel Rosa, Cartola, Ataulfo Alves… En 2008 il rencontre un pianiste de jazz, l’italien Stefano Bollani, qui sera avec lui pour le concert du New Morning. Un quatrième album solo sort en 2009 chez Biscoito Fino : c’est « Na Cabeça », avec Rogério Caetano, Zé Paulo Becker et Luiz Flávio Alcofra. Accueil unanime : c’est du bon.

De Marcos Sacramento, le critique Ruy Castro dit : « L’une des voix les plus parfaites et les plus singulières de la musique brésilienne, un timbre puissant et clair, une présence scénique remarquable, mélange de charisme et d’énergie (…) une grande figure de la nouvelle scène brésilienne ». Qu’est-ce que tu veux que j’ajoute ?

Ecoutons-le plutôt. D’abord dans le clip sans façons de la chanson Sem Compromisso, écrite par Geraldo Pereira et Nelson Trigueiro (extraite de la bande originale de la série télé Os Cariocas)

Puis en compagnie du grand Zé Paulo Becker, pour une jolie ballade : Conformação, écrit par Zépa et Paulo Cesar Pinheiro.

Enfin dans une samba en forme de choro : Camisa Listrada, avec le même combo que celui de sa tournée européenne

J’invite enfin les amateurs à l’écouter interpréter le rôle d’Orlando Silva dans la novela Kananga do Japão en 1989 sur TV Manchete.

Pour sa tournée en France, Marcos Sacramento était accompagné de Luiz Flávio Alcofra, guitare, de l’excellentissime Netinho Albuquerque au pandeiro, et de Pedro Aune à la contrebasse. Invité spécial : le pianiste italien Stefano Bollani.

Je vous incite à parcourir la longue et belle interview que Daniella Thompson avait faite de Marcos Sacramento en février 1999 : http://daniellathompson.com/Texts/Sacramento/Magic_Marcos.htm

Vous aimez ? Parlez-en à vos amis !

Exprimez vous !