Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BossaNovaBrasil | 25 juillet 2017

Remonter

Top

1 Commentaire

La cuisine Breizh-ilienne, par Agathe

Jeudi soir j’ai rencontré une cuisinière qui associe les saveurs iodées de sa Bretagne aux accents colorés du Brésil en une synthèse qu’elle qualifie joliment de cuisine « Breizh-ilienne ».

Rien ne me destinait à me retrouver à la séance de signatures d’un livre de cuisine. Encore moins celui d’une finaliste d’une émission de télé « réalité » : Masterchef. Et encore un peu moins s’agissant d’une émission de TF1 ! Pourtant j’étais bien au Yono, rue Vieille du Temple à Paris, où Agathe Suarez présentait son premier livre : « La cuisine funky d’Agathe », aux éditions Le Courrier du Livre. Que diable venais-je faire dans cette galère ?

C’est que cette Agathe ne conçoit pas la vie sans rythme, ni la cuisine sans musique. A chaque plat elle associe un ou plusieurs morceaux. Une idée suffisamment sympa pour faire fi des préjugés, et s’intéresser à ses recettes, qui se réclament d’une influence brésilienne.

la cuisine funky d agatheUne dominante : la mer, choix logique pour une habitante de Bénodet présentée par la production comme « poissonnière » dans la boutique de Rodolphe Bargain. Un éclectisme certain, qui s’exprime aussi bien dans le choix des plats que dans celui des musiques. Une grande simplicité dans les recettes, y compris dans l’utilisation de récipients en plastique, du congélateur, de produits surgelés. Une précision dans les explications qui ravira tous les handicapés de la toque. Beaucoup d’humour, enfin : écouter « 28° à l’ombre », de l’inoubliable Jean-François Maurice en dégustant un « Mosquito » (cocktail à la citronnelle), quelle bonne idée !

la cuisine funky d'agatheLa batida coco est proposée avec au choix : Mulate do Bunde, de Timbalada, ou Billie Jean dans la version de Caetano, ou encore Jorge Benjor dans Pais Tropical. La caïpi-kiwi se dégustera avec le Copacabana de Sarah Vaughan, Agua Mineral de Timbalada… ou Hot fun in the summertime de Sly & the Family Stone. Le sorbet à l’avocat (que je vais essayer dès ce week-end !) est à bercer du Baby de Daniela Mercury ou de Somewhere in the Hills par la grande Ella Fitzgerald. Un peu de Tribalistas avec les cupcakes, de Carlinhos Brown (Mae que eu nasci) sur les steaks hâchés rigolos. La feijoada, allégée et simplifiée, appelle Sozinho de Caetano Veloso ou Ze Brasileiro de Rappin Hood. Et encore du Caetano, manifestement un préféré d’Agathe, pour le dos de cabillaud, le poulet patates de Jessie et le tartare à la brésilienne.

Le livre est bien écrit, et se parcourt comme un roman. Les photos sont très réussies. On a envie de tout essayer. Quant à la dimension brésilienne, limitée à un petit quart des recettes et des musiques, elle m’est apparue plus ancrée dans le souvenir et l’imaginaire que dans l’expérience. Conclusion : un concept sympa, et un livre de cuisine plus funky que samba… comme son titre l’indique !

Vous aimez ? Parlez-en à vos amis !

Commentaires

  1. « Mãe que eu nasci » : la chanson idéale pour la fête des mères

Exprimez vous !