Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BossaNovaBrasil | 11 décembre 2017

Remonter

Top

3 Commentaires

Françoise Hardy : avant la pluie, la bossa

Bien avant La Pluie sans Parapluie, il y a longtemps, longtemps, Françoise Hardy a tâté de la bossa nova. Et le résultat a donné l’un de ses tous meilleurs albums : La Question.

Ca se passe en 1971. Françoise collabore le temps d’un disque avec une chanteuse et guitariste brésilienne : Tuca. Comment l’a t-elle rencontrée ? Je n’en sais rien, sinon que Tuca, alias Valenza Zagni da Silva, habitait alors à Paris.

De Tuca elle-même j’ai écouté deux albums, qui ne m’ont pas laissé de souvenir impérissable : boléros façon 50ies, variété empesée d’arrangements sirupeux, tentatives modernistes, une ou deux bossa novas… Manifestement la dame avait du mal à trouver son style. La vie ne lui en a pas laissé le temps, puisqu’elle disparut à 34 ans.

Revenons à Françoise. Composées par Tuca, la chanson titre de l’album – La Question, mais aussi Le Martien, Mer, et Chanson d’Eau présentent une couleur que l’on ne retrouve nulle part ailleurs dans la discographie de la chanteuse. Chanson d’O n’a pas de paroles. C’est juste un hymne à la voix pure, aérienne, sublime, de Françoise Hardy. Avec quelques excès (la-li-la…woah !) qui font se demander s’il ne s’agit pas de second degré… Voici en tous cas une chanson qui ne fait pas son âge.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Merci au site La Musique à Papa qui m’a fait redécouvrir cet album.

Le site de Françoise Hardy est ici.

Vous aimez ? Parlez-en à vos amis !

Commentaires

  1. Juju

    quelle était belle Françoise en 71 ! Et quelle voix, au delà de l’anecdotique, vraiement. Je pense aussi à la chanson Bossez bossez bossa, dans les années 80, pas vous ?

  2. Thierry

    Mais oui bien sûr ! 1980, album Gin Tonic… bonne idée Juju, nous la retrouverons un de ces vendredis.

  3. L’égérie des années 60. Beaucoup de talent et de sensibilité

Exprimez vous !