Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BossaNovaBrasil | 26 avril 2017

Remonter

Top

2 Commentaires

Faire le zouave à Manaus

Capitale de l’état d’Amazonas, Manaus est une ville étonnante. De son glorieux passé du boom du caoutchouc, il lui reste un théâtre magnifique et les immeubles décatis de son centre ville aux trottoirs piégeux. Pour le reste, la tentative d’en faire le port franc du Brésil semble marquer le pas. Les buildings surgis un peu n’importe comment dans les années 70 sont, comment dire, dans leur jus. Le quartier duty free est encombré de centaines de kiosques minuscules dont la marchandise déborde dans des rues impraticables. Au hasard des bras de fleuves, on rencontre des marchés aux poissons improvisés au long desquels on boit du guarana Baré dans des échoppes précaires.

Seuls quelques monuments ont fait l’objet d’une restauration. Devant l’un d’eux, j’ai eu la surprise de rencontrer un zouave. Oui, un zouave, de l’armée coloniale française aurait-on dit, avec culotte bouffante, ceinture de drap, guêtres, calot et fusil Chassepot. Le genre à héberger la main de ma soeur. Comment est-il arrivé jusque là ? Mystère.

A la mémoire de ce soldat inconnu, je vous ai trouvé ‘Mustafa’, une chanson portugaise à l’origine, arrangée à la sauce n’importe quoi (ça donnait « Chérie je t’aime, chérie je t’adore ») par un certain Bob Azzam en 1960, et ici interprètée par Lisa Ono la princesse nissei de la bossa nova.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Vous aimez ? Parlez-en à vos amis !

Commentaires

  1. DelphineM

    Moi aussi je suis allée à Manaus ! Cette ville a un climat particulier… dans tous les sens du terme. J’ai bien aimé le marché (où on mange des supers poissons moustachus et pointus du rio Solimões, je ne sais plus leurs noms) et… le campus de l’université, dans les bois ! Très belles couleurs là-bas. La descente du fleuve en bateau (où l’on accroche son hamac sur le pont) reste un mythe ! Oui pour moi Manaus ne ressemble pas aux autres villes brésiliennes (je n’en connais pas tant que ça), je trouve qu’on le sent dès qu’on arrive à Belem. Merci pour ce post qui me rappelle de bons souvenirs ! (De plus je suis étudiante en histoire, et l’histoire de Manaus est intéressante !)

  2. Totor

    Décidément Manaus a l’air d’etre la destination à la mode ? Notre cher omniprésident est là-bas pour sauver la forêt amazonienne si je ne m’abuse. Accompagné comme de coutume par ses porte flingues les époux Balkany…

Exprimez vous !