Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BossaNovaBrasil | 27 mars 2017

Remonter

Top

4 Commentaires

Duo de classe pour "Malandro em Paris"

Aujourd’hui je vous propose un duo de choc : Roberta Sá et Zé Renato, dans un morceau charmant : Malandro em Paris (« un voyou à Paris »). Non non non, vous pensez, celà n’a rien à voir avec une récente couverture du magazine Marianne…

Enregistré en 2006 mais sorti seulement en octobre 2008, l’album « Samba meets boogie-woogie » est en effet extrêmement sympathique. Il rend hommage aux chansons des années 40 et 50, une époque de transition où les auditeurs des radios brésiliennes étaient davantage soumis aux influences américaines qu’auparavant.

Arrangés par Mario Adnet, on y trouve des morceaux comme Eu samba mesmo, Conversa de samba, Tintim por Tintim, Eu quero um samba, Pra que Discutir come Madame… dont beaucoup ont un jour été repris par les fondateurs de la bossa nova. Ils sont servis par les chanteurs Roberta Sá, Zé Renato, Mônica Salmaso et Maucha Adnet, tous excellents.

La formation est elle-aussi de grande qualité avec des musiciens comme Mario et Antonia Adnet à la guitare, Cristovao Bastos au piano, Jorge Helder à la basse, Vittor Santos au trombone, le parfait Rafael Barata à la batterie et la star de la mandoline chôro : Hamilton de Holanda, entre autres. Courez-vite acheter le disque (au Modern Sound, par exemple).

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

PS :  j’apprends que les services secrets français sont mis à contribution pour violer le secret des sources journalistiques… Comme quoi ce billet arrive peut-être à point quand même !

Photo : Reuters – Philippe Wojazer

Vous aimez ? Parlez-en à vos amis !

Commentaires

  1. Richard

    Malandro me parait un mot très gentil pour désigner la « racaille »… Canalha ? Lixo ? Ladrão ? Les mots me manquent…

  2. de même qu’une soit-disant « affaire W. » est déterrée au moment d’une réforme capitale pour les vieux jours des français … à malandro, malandro et demi !

    « The man who reads nothing at all is better educated than the man who reads nothing but newspapers » Thomas Jefferson (1743 – 1826).

    😉

  3. Thierry

    Sacré Ben ! Je t’attendais ! Je savais que je te ferais plaisir…

    Et le duo Zé et Roberta, qu’est ce que tu en penses ?

  4. laurence

    Houlà… drôle d’idée d’aller réveiller ce vieux pourfendeur de la tyrannie monarchique qu’était Jefferson?…
    Mais aurait-il apprécié ce « malandro em Paris », s’il l’avait entendu lors de son propre séjour parisien??? Moi, je parie que oui, et qu’il aurait dansé sur cet air si gai et si… Froufroutant?!

Exprimez vous !