Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BossaNovaBrasil | 22 juillet 2017

Remonter

Top

Choisir un hôtel à Rio - BossaNovaBrasil

Comment trouver un hôtel à Rio ? C’est la question que se posent tous les voyageurs qui ont cassé leur tirelire pour s’offrir le voyage dans la capitale de la samba. Bien sûr, on pense d’abord à Copacabana, mais le choix est loin de s’y limiter. Voici des idées et des avis personnels, libres de toute publicité !

Copacabana vu de l'Olinda hôtel à RioA Copacabana

Quand on cherche un hôtel à Rio, c’est inévitablement vers Copacabana qu’on dirige d’abord ses recherches. Du nord au sud de l’Avenida Atlantica, j’en ai compté pas moins de 20. Mais la vue se paie cher, surtout depuis que le real est devenu une monnaie forte… et que les prix augmentent chaque année dans des proportions douloureuses.

A savoir aussi : à l’exception de quelques hôtels très haut de gamme (Marriott, Sofitel, Pestana, Copacabana Palace et le Windsor Atlantica (à l’emplacement de l’ancien Méridien), il vaut mieux avoir le sommeil lourd pour prendre une chambre sur mer. Le double vitrage est aussi rare que la circulation automobile est dense – sans boules Quiès, ne comptez pas faire la grasse matinée en dehors du dimanche, quand l’avenue est réservée aux promeneurs. Reste que la magie de se lever et d’ouvrir sa fenêtre sur la plage de Copacabana vaut bien des sacrifices !

Parmi mes préférés : L’Olinda (Othon) a conservé le charme désuet de l’époque de sa construction (vers 1930 je suppose). Le Miramar de la chaine Windsor, à l’angle de la rue Francisco Sa, est le favori des footballeurs du Vasco de Gama. Le Marriott, pour son insonorisation et sa piscine en terrasse, mais ni pour ses chambres minuscules ni surtout pour ses prix ! Enfin, si vous avez épousé un(e) millionnaire, le Copacabana Palace est pour vous – sinon, n’hésitez pas à aller y boire un verre. Le Windsor Atlantica, à Leme, qui a pris la place de l’ancien Méridien après des années d’incertitudes, offre des vues magnifiques, deux belles piscines et un excellent service.

S’éloigner un peu de la mer. Aux hôtels qui bordent la plage on peut préférer – à commencer pour des raisons de budget – ceux qui se situent à un, deux ou trois blocs de la mer. Dans tous les cas, ça ne vous prendra pas longtemps d’aller au bord de l’eau vous remettre d’une soirée arrosée à Lapa ou ailleurs.  Dans le genre, le Windsor Martinique présente un excellent rapport qualité prix, de même que le Mar Palace à l’angle de NS de Copacabana et de la rue Siqueira Campos. A Arpoador, le Mercure (apparthôtel) n’est pas mal ; l’Arpoador Inn est le seul de la baie à donner directement sur la mer, sans l’avenue à traverser – mais il est franchement bien cher pour son confort et son service, tous les deux plus que moyens. Encore plus haut dans le quartier, vous trouverez des adresses beaucoup plus petites, à tous les prix, de la pousada amicale jusqu’à la tôle crasseuse ! Demandez toujours à voir d’abord la chambre ou, mieux, demandez à en voir plusieurs.

Un hotel à Ipanema

Il y a très peu d’hôtels à Ipanema comme à Leblon, et les habitants chics ne s’en plaignent pas. Le long de la mer, Le Fasano, le Caesar Park, le Marina Palace et son cousin Marina All Suites rivalisent de confort et d’exclusivité… Seul le Sol Ipanema (Best Western) est presque accessible. Bref, Ipanema c’est parfait pour la plage et les restaurants trendy (à noter qu’il y en a aucun le long de la plage), mais pour le reste je ne conseillerais pas à un touriste de demeurer de ce côté-ci.

Un hôtel à Rio, ailleurs en Zona Sul

Flamengo depuis le Regina hôtel à RioD’accord, dormir le long de la mer à Rio est une expérience inoubliable (surtout quand on descend à la plage de tôt matin), mais ensuite vous feriez autant d’aller voir ailleurs comment ça se passe. Par exemple à Flamengo, un quartier vivant qui n’est pas envahi de touristes en goguette. La mer n’est pas loin, un grand parc vous offrira de l’ombre au pied d’une belle plage bien moins frelatée que ses grandes sœurs, il y a plein de petits restos sympas, Lapa n’est pas loin, et le métro vous emmène en dix minutes à Copacabana. Les tarifs sont nettement plus abordables.

Mes favoris dans ce coin sont proches du métro Catete : le Florida de la chaîne Windsor et surtout le Regina, tous deux situés dans la rue Ferreira Viana. D’autres petites adresses aux alentours, dont le délicieux hôtel Paysandu.

A Gavea, le Tropical est très chic et très cozy. Mais Santa Teresa reste le favori des bobos : beaucoup de verdure, une belle ambiance, des petites adresses familiales bien tenues et un Relais & Châteaux chicissime… et inaccessible. Il faut quand même avoir de bonnes jambes pour remonter des plages et le quartier n’est pas très sûr la nuit.

Un hôtel dans le Centre

une rue de Rio sans touristeLe Centro n’est pas très apprécié des voyageurs : c’est terriblement bruyant, plutôt mal fréquenté une fois que les bureaux se sont vidés, et carrément désert le week-end. A réserver aux habitués je pense. Mais si vous voulez passer votre temps à Lapa vous pourrez regarder du côté de l’hôtel Presidente ou de l’Ibis Centro qui offrent probablement le meilleur rapport qualité-prix du centre-ville. Le Rios, rue Riachelo, présente un certain charme avec sa vue sur la verdure.

Pourquoi pas un hôtel à Barra ?

Barra de Tijuca, c’est un peu le Parly 2 de Rio, en beaucoup, beaucoup plus grand. Avantage : on peut se baigner dans la mer, alors qu’à Rio l’eau est polluée. On y trouve pas mal de restaurants, et de très bons hôtels internationaux. Problème principal : il n’y que le bus et le taxi pour vous rendre à Rio – prévoir de très sérieux embouteillages aux heures de pointe et un budget transport conséquent. Les grands travaux d’infrastructure actuellement en cours compliquent encore la circulation… jusqu’à ce que ça aille mieux !

Encore ailleurs

Pour qui parle portugais et connaît un peu la ville, ça n’est pas idiot de chercher un hôtel à Rio dans le quartier de Tijuca, près de la place et du métro Saens Peña. On y trouve des petites pensions simples et la certitude de rencontrer de vrais cariocas – pardon, des « tijucanos », comme ils s’appellent eux-mêmes. Des associations et des particuliers proposent aussi des hébergements simples mais souvent pleins de charme dans certaines favelas. Vues étourdissantes, sympathie et ambiance assurée.