Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BossaNovaBrasil | 26 avril 2017

Remonter

Top

2 Commentaires

Celso ou Ivette ?

La voix suave et le jeu de guitare de Celso Fonseca sont capables de transformer n’importe quel tube de variété en petit bijou intimiste. En 2009, c’est dans le DVD « Voz e Violão » que ça se passe, à partir d’un énorme succès d’Ivette Sangalo.

Ecrit par Ed Grandão et Nego John, Beleza Rara fait partie des chansons les plus réclamées par son public à la star des stars de l’axé (prononcez « aché ») Ivette Sangalo, qui en a fait un méga hit en 1996. Ivette l’interprète dans chacun de ses shows, appuyée sur une section de percus féroce, avec un jeu de scène qui la rapproche plus de Johnny Hallyday que de Rosa Passos. La foule ondule, tout le monde hurle, on s’évanouit de bonheur : l’axé est un genre très apprécié.

Tous les goûts sont dans la nature, et quant à moi j’avoue ma préférence pour Celso Fonseca, João Gilberto, Paulinho da Viola, Roberta Sa, Marisa Monte, et toutes celles et ceux qui ne confondent pas une scène avec une arène, ou un concert avec un combat. Celso est un des grands héritiers de la bossa nova, et il nous en donne une nouvelle fois la preuve dans cette version tranquille d’un Beleza Rara qui ne doit rien aux stéroïdes.

Hein ? Quoi ? Ecouter le même morceau par Ivette ? Vous l’aurez voulu :

Vox populi, vox dei ? Ivette a probablement vendu cent fois (voire mille fois) plus de disques que Celso.

Vous aimez ? Parlez-en à vos amis !

Commentaires

  1. Thierry, je suis pleinement d’accord avec toi, mais tu sais aussi bien que moi que le public brésilien a des goûts plus œcuméniques que nous autres, Français, qui avons toujours un peu tendance à classer les chanteurs (et bien d’autres choses) dans des petites boîtes bien séparées 😉

  2. Philippe

    Je suis également 100% d’accord avec Thierry et reconnais pleinement Celso Fonseca, Paulo Costa, Marcio Faraco et d’autres comme les héritiers de Gilberto, Jobim etc. Quant à l’interprétation d’Ivette Sangalo, on parle ici d’autre chose que de la bossa qui touche sans aucun doute un public plus intimiste. Le public brésilien n’est peut-être pas très différent dans ses goûts pour les musiques « musclées » que le public français. On a le même décalage en France entre des « chanteurs à texte » et des hurleurs à la mode Christophe Maé !

Exprimez vous !