Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BossaNovaBrasil | 25 septembre 2017

Remonter

Top

Pas de Commentaire

Banda de Ipanema, pas triste

Plus spontané, plus festif, plus carioca, en un mot : plus gai. C’est l’avis de beaucoup d’habitants de Rio quand on leur demande de comparer les défilés des Blocos de rue au défilé de Sapucai (alias celui des écoles de samba au Sambodrome).

Dimanche dernier avait lieu le premier défilé du bloc le plus gay du Carnaval de Rio : la « Banda de Ipanema ». Depuis 1965, ce bloco est le favori des garçons habillés en filles, des drag queens, des travestis, des transsexuels, etc. – et on n’hésite pas à en rajouter dans le déguisement ! Les habitants du quartier chic et intello de Rio adorent rejoindre ce défilé, qui compte parmi les plus amusants de la ville et constitue chaque année une belle démonstration de tolérance.

Le rite est immuable : concentration place Général Osório, descente d’avenue Vieira Souto en direction de Leblon, puis deux fois à droite et retour à la place. Quand la troupe passe devant l’église Nossa Senhora da Paz, minute de silence à la mémoire du compositeur Pixinguinha, mort pendant un baptême un jour de Carnaval. L’orchestre joue Carinhoso, et tout le monde chante avec lui. Aussitôt après, le délire reprend. Banda de Ipanema a été inscrit en 2004 au patrimoine culturel de Rio par le très sérieux Institut brésilien du Patrimoine.

Samedi dernier avait lieu la première « répétition » du bloco, l’occasion pour des dizaines de milliers de personnes de chanter et de danser au son de l’orchestre et des « marchinhas » – ces p’tites marches qu’on entend jusqu’à la Feria de Nîmes. Une première sortie très sage : les Drag Queens se réservent pour Mardi Gras !

Vous en voulez encore ? Cette autre vidéo, du Carnaval 2009 celle-là, met en scène les héros (et les héroïnes) du grand jour.

Vous aimez ? Parlez-en à vos amis !

Exprimez vous !