Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BossaNovaBrasil | 23 mars 2017

Remonter

Top

1 Commentaire

Alceu Valença à Paris : le compte rendu

Malgré les 16,950 kilomètres qui me séparaient du New Morning jeudi dernier, BossaNovaBrasil vous offre un petit compte-rendu du concert d’Alceu Valença, grâce à la présence de Carole et à la complicité d’Aurélie et Mélissa. Une soirée bien remplie, une salle comble, une forte présence de la communauté brésilienne de Paris : voilà qui laissait augurer un bon moment. A juste titre.

Alceu Valença était venu avec un bassiste, un batteur, un guitariste (électrique) et l’accordéon de Lucy Alves. Après la présentation de RKK, le show commence et la salle entre en délire dès le premier morceau dans un New Morning plein à craquer. Dans une première partie un peu courte mais hyper rodée, Alceu enchaine des compositions construites sur le modèle des repentistas du Nordeste, mais avec une batterie très rock. Il passe ensuite à une séquence baião avec Coração Bobo, un de ses titres phares, qu’il écrivit à Paris dans les années 70. Suivent Baião et Xote das Meninas de Luiz Gonzaga… Le premier set se termine sur la bonne surprise de la soirée : Lucy Alves, à l’accordéon précis et puissant et à la voix gracieuse et légère.

La seconde partie commence par quatre chansons qu’Alceu Valença interprète en solo avec sa guitare, qui ont moins séduit nos reporters à cause d’une voix pas toujours très précise. Le retour des musiciens fait du bien. D’abord Lucy Alves et le guitariste pour Iris, puis Sabia, sans doute la chanson qui enflamme le plus la salle, qui la reprend avec un bell enthousiasme. Hommage au carnaval du Pernambouc, puis un passage plus rock dont une chanson dont nous ignorons le titre (« uma moça bonita, uma onça pintada… »). Et vient La Belle de Jour avec laquelle la salle se ré-enflamme de plus belle.

Il y avait tellement de monde qu’il n’était pas possible de « faire forro ». Pourtant, sur le parterre les corps tentaient de se déhancher au rythme dans le peu d’espace vital de chacun, et les couples de danseurs se sont quand même formés, genre collés serrés…

En vue du rappel, le public scande « Brasil, Brasil ! »… S’ensuivent un coco « Pescador, procurei, procurei », et un Morena Tropicana qui se termine carrément en pogo !

En résumé : une belle soirée avec une salle archi comble et un public hyper réceptif. Et l’éclectisme d’Alceu Valença, tantôt interprète d’un magnifique forro hors du temps, tantôt défenseur d’un pop-rock brésilien qui ne rajeunit personne.

http://letras.mus.br/alceu-valenca/

Vous aimez ? Parlez-en à vos amis !

Commentaires

  1. caro

    … et pour la chanson « …uma moça bonita, uma onça pintada… », c’est Como Dois Animais, avec les paroles ici http://letras.mus.br/alceu-valenca/44009/

Exprimez vous !